jeudi 22 janvier 2009

Comment les intellectuels Juifs maintiennent leur monopole


Pascal Bruckner: un regard sournois qui ne ment pas


Ce soir sur France 3, dans l'émission "Ce soir ou Jamais" présentée par Frédéric Taddéï, un des invités était "l'intellectuel" Juif Pascal Bruckner. Le thème de l'émission était de savoir si l'élection du valet sioniste Obama allait changé la donne internationale.

Pascal Bruckner nous a offert un exemple magnifique du comportement d'un Juif fuyant ses responsabilités, et pire, de se placer du coté du nouveau courant dominant en plus de dresser le procès des salauds qui hier encore étaient ses comparses. C'est une attitude caractéristique dictée par la conscience ethno-raciale Juive qui fait primer l'instinct de survie sur toute autre considération. Ainsi des Juifs qui vous disaient blanc un jour, vous diront noir le lendemain si les intérêts communautaires juifs sont menacés. Le tout au nom de fumeuses envolées biblico-démocratiques.

Il n'y a derrière ces rideaux de fumées, rien d'autre à retenir que le visage du Juif escroc, du menteur permanent, du calculateur jouant sur deux tableaux, prétendant avoir les mêmes droits que les autochtones tout en assurant ceux de sa communauté, qui primeront toujours pour lui. Inquisiteur avec les goyim, il est ce "collaborateur" permanent qui à la 25ème heure devient le juge d'instruction au service de la résistance.

Ainsi Pascal Bruckner n'a t'il eu de cesse de dénoncer "huit années catastrophiques" du règne de Georges Bush (et surtout de ses conseillers Juifs, ce que n'a pas dit l'intéressé). Il a stigmatisé la politique "belliciste" de ce dernier, notamment en Irak. 

La mémoire Juive sait en effet être sélective dès lors que le vent tourne et qu'il faut monter dans le train en marche, à la fois pour des raisons d'intérêts collectifs mais aussi dans le cadre de la pérennité des petites magouilles individuelles propres aux marchands de tapis que sont les membres de la communauté.

Pascal a en effet oublié de dire à son public goy qu'il a en 2003, dans une lettre cosignée publiée par Le Monde avec d'autres "intellectuels" Juifs comme Romain Goupil et André Glucksmann, appelé ardemment l'opinion publique française  à soutenir la guerre d'agression contre les peuples d'Irak.

On pouvait ainsi lire le pragmatisme juif typique qui sait évacuer devant les intérêts communautaires les affres moraux permanents dont ils harcèlent les peuples qui ont la naïveté de les écouter:

"Dans cette situation, nous ne pouvons accepter les discours qui renvoient dos à dos George W. Bush et Saddam Hussein. Les pacifistes doivent admettre qu'à partir du déclenchement des hostilités leur combat a changé de nature. En demandant le "cessez-le-feu immédiat" ou "le retrait des troupes américaines d'Irak" avant la défaite de Saddam Hussein, ils ne servent pas la paix, mais le maintien au pouvoir du dictateur de Bagdad."

Cette logique aboutira à la création d'une lettre d'information, intitulée "Le Meilleur des Mondes" (sic), faisant l'apologie de la domination américano-sioniste au nom de la démocratie hédonisto-libérale métissée. Le groupe rédigeant cette lettre dirigé par l'homme de télévision Juif Michel Taubmann s'est par la suite baptisé "Le cercle de l'Oratoire".

Pascal Bruckner n'avait de cesse durant l'émission de juger la guerre en Afghanistan, elle aussi déclarée "inutile". Ce n'était pourtant pas l'avis qu'il prononçait avec d'autres dans un article publié dans le Monde du 8 novembre 2001 intitulé "Cette guerre est la nôtre" (c'est à dire celle des Juifs).

Michel Taubmann, que Pascal Bruckner ne démentira pas explique ainsi ses choix:

"Certains pensent que le totalitarisme s’est arrêté avec la chute du Mur de Berlin, ils n’imaginent pas que l’islamisme radical représente un vrai danger. Il n’y a jamais eu autant de propagande anti-juive. Nous sommes rentrés dans une période de chaos et la démocratie doit être défendue."

Entretien donné à Anne-Juliette Brugière pour le site web Massorti.com [archive], le 15 octobre 2006

La démocratie a vous le voyez le dos large, très large. En yiddish "démocratie" signifie "la domination sioniste" (Oui nous avons développé quelques notions du dit dialecte).

Parmi les membres de ce cercle nous comptons le gratin sioniste français: Frédéric Encel (spécialiste de géopolitique pour la TV, c'est à dire porte parole de l'ambassade d'Israël), Corinne Lévy plus connue sous son nom de dissimula-sion "Lepage", Pierre André Taguieff, etc.

A la lumière de ces faits, il est compréhensible que Pascal essaie de se recycler. C'est une fin d'époque et pour continuer à être utile pour la communauté sur les plateaux de TV, il doit renouveler son discours et perdre subitement la mémoire sur son rôle de militant actif au service de la politique atlanto-sioniste en Irak et en Afghanistan. Par ailleurs pour continuer à pouvoir vendre ses torchons, mieux vaut être "dans l'air du temps". Car ce n'est certes pas le niveau littéraire de l'intéressé qui lui permettra de vivre grassement de ces brouillons.

Avant d'être des "intellectuels", les Juifs sont surtout des hommes d'affaire comme nous le rappelle l'ami Madoff.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire